08 novembre 2005

le rabat-joie des villes

  • L'enthousiasme débordant, les excentricités, un habillement seulement esthétique ou à la mode sacrifiant le confort et la sécurité, un cabriolet sport,  les accessoires nouveaux tels que les portables multifonctions ou les gadgets électroniques informatisés, tout cela reste étranger au rabat-joie. A moins que l'un d'entre eux soit indispensable professionnellement parlant.
  • C'est un individu somme toute moyen, qui épargne plus qu'il ne consomme, car consommer sans raison est une aberration pour le rabat-joie. Il est cependant en plus grand danger que son homologue des contrées reculées. Il y a en effet beaucoup plus de tentations dans les milieux urbains et le rabat-joie des villes risque davantage de faire une entaille à son blason de grand économe.
  • Lorsqu'il travaille en horaires décalés, le rabat-joie choisira toujours lorsque c'est possible de travailler le matin, c'est une excuse valable pour se lever tôt et se coucher tôt. En tous cas cela lui permet de travailler d'abord, pour être tranquille ensuite. Cela fait partie des grands principes du rabat-joie.
  • S'il prend les transports en commun et c'est souvent le cas, car les rabat-joie sont sensibles au respect de l'environnement, il emporte son baladeur radio branché une radio d'informations en continu. Car, autre principe, il s'agit de tout connaître du contexte politico-économique dans lequel il vit.
  • Un vêtement de pluie, son repas du midi dans des tupperwares séparés (entrée / plat / dessert), un en-cas, une bouteille d'eau minérale, ses documents en cours, une trousse de secours, ses papiers médicaux où figure en gros caractères son groupe sanguin, une couverture de survie et un couteau suisse remplissent habituellement le sac du rabat-joie.

Posté par Marcojoie à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur le rabat-joie des villes

Nouveau commentaire